IREPS Guadeloupe - Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé

Accueil > Documentation > Dossiers thématiques > VIH/ Sida > Données épidémiologiques

Documentation

Données épidémiologiques

Données épidémiologiques

 

Monde

 

Données sida 2018 OnusidaSavoir c'est pouvoir. Rapport mondial 2018 sur l'épidémie de VIH/ Sida. Genève: ONUSIDA, 2018, 32p. En téléchargement (au format pdf) sur le site Onusida (novembre 2018)

Un nouveau rapport de l’ONUSIDA révèle que l’intensification des efforts en matière de dépistage et de traitement du VIH a permis d’atteindre davantage de personnes vivant avec le VIH. En 2017, trois quarts des personnes vivant avec le VIH (75 %) connaissaient leur sérologie VIH contre seulement deux tiers (67 %) en 2015 et 21,7 millions de personnes vivant avec le VIH (59 %) avaient accès à une thérapie antirétrovirale contre 17,2 millions en 2015. Le rapport montre toutefois que 9,4 millions de personnes vivant avec le VIH ne savent pas qu’elles ont contracté le virus et doivent bénéficier de toute urgence d’un dépistage et d’un traitement du VIH.

Télécharger (au format pdf: 1,1 Mo) la synthèse du rapport Onusida sur le site de l'Onusida

 

 

 

 

visuelLe sida en chiffres 2018. Fiche d'information. Genève: Onusida, 2018, 06 p. En téléchargement (format pdf) sur le site de l'Onusida (novembre 2018)

1- Statistiques mondiales 2017; 2- Personnes vivant avec le VIH; 3- Personnes vivant avec le VIH qui ont accès à la thérapie antirétrovirale; 4- Nouvelles infections à VIH; 5- Décès liés au sida; 6- 90-90-90; 7- Femmes; 8- Populations clés; 9- VIH/ Tuberculose (TB); 10- Investissements; 11- Données mondiales sur le VIH (tableaux).  Données régionales - 2017; 12- Couverture régionale du traitement - 2017. 

 

Télécharger la fiche d'information (au format pdf) sur le site de l'Onusida

 
 
  

 

 

Au niveau national

 

 

 

visuelInfection à VIH et Sida (dossier). En ligne sur le site de Santé publique France (ex-Institut national de veille sanitaire (InVS), actualisation 30/11/2018

 

 

 

 

 

 

 

Publication

 

visuel

Journée mondiale du Sida, 1er décembre 2018, " Connais ton statut".Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) n°40-41, novembre 2018, 36p. En téléchargement (au format pdf: 1,3 Mo) sur le site Internet de Santé Publique France (27/11/2018)

Au sommaire de ce numéro spécial 1er décembre:

- Découvertes de séropositivité VIH chez les seniors en France, 2008-2016 ;

- Qui sont les utilisateurs de l’autotest VIH parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes en France ? ;

- Dépistage du VIH, des hépatites et des IST chez les personnes migrantes primo-arrivantes au Caso de Médecins du Monde de Saint-Denis, de 2012 à 2016 ;

- Part et conséquences du diagnostic tardif de l’infection par le VIH aux Antilles françaises ;

- Premier bilan sur l’activité des CeGIDD, France, 2016.

Consulter le BEH

 

 

 

visuelInfection par le VIH et les IST bactériennes. Point épidémiologique du 26 novembre 2018. En téléchargement sur Santé publique France (27 novembre 20187)

En 2016, le nombre de découvertes de séropositivité VIH avait été estimé à environ 6 000 en 2016, soit une diminution de 5% par rapport à 2013. Ce nombre n'a pu être estimé pour l'année 2017, à partir de l'ensemble des déclaration obligatoires reçues, notamment en raison d'une augmentation du nombre de données manquantes.
Il est néanmoins possible de décrire les caractéristiques des personnes ayant découvert leur séropositivité entre janvier 2017 et septembre 2018 sur la base des données brutes. Les hommes ayant des rapports sexuels entre hommes (HSH) et les hétérosexuels nés à l'étrangers restent les deux groupes les plus touchés et représentent respectivement 45% et 38% des découvertes en 2017-2018.
Malgré une activité de dépistage en laboratoires qui continue d'augmenter, avec 5,6 millions de sérologie VIH réalisées en 2017, plus d'un quart des découvertes de séropositivité sont toujours trop tardives: 28% des personnes ont été diagnostiquées en 2017-2018 à un stade avancé de l'infection à VIH (nombre de lymphocytes CD4
Dans un contexte de prévention combinée du VIH (préservatif, dépistage, prophylaxie pré-exposition-PrEP-, traitement post exposition, "treatment as prevention" -TASP-), le dépistage du VIH doit encore être intensifié dans les populations les plus exposées, afin de réduire la proportion de ceux qui ignorent leur séropositivité pour leur permettre de bénéficier d'un traitement antirétroviral. Le TASP qui évite la transmission du VIH des personnes séropositives à leurs partenaures constitue un enjeu majeur pour contrôler l'épidémie.
Le dépistage du VIH doit également être couplé à celui des autres infections sexuellement transmissibles (IST)...
A partir du point clé de Santé publique France

Consulter le document sur Santé publique France

 

 

 

visuelVELTER Annie, SAUVAGE Claire, SABONI Leïla, (et al.). Estimation de la prévalence du VIH chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes fréquentant les lieux de convivialité gay de cinq villes françaises – PREVAGAY 2015. In Bulletin épidémiologique hebdomadaire n°18, 18 juillet 2017, pp. 347-354. En téléchargement (au format pdf) sur le site Internet de Santé Publique France

L’objectif de cet article est d’estimer la prévalence du VIH parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH) fréquentant les lieux de convivialité gay et de décrire les caractéristiques des HSH infectés par le VIH. Dans cette population, la prévalence était élevée et le non-usage de préservatif important. Néanmoins, les proportions de HSH diagnostiqués et sous traitement étaient élevées. Ces résultats incitent à poursuivre les actions préventives dans les lieux de convivialité gay. La prévalence pour le VIH chez les jeunes HSH nécessite d’envisager d’autres actions au plus proche de leurs habitudes de vie.

Télécharger le document

 

 

 

 

visuelDécouvertes de séropositivité VIH et de sida. Point épidémiologique du 23 mars 2017. En téléchargement sur Santé publique France (mars 2017)

La surveillance des diagnostics d'infection par le VIH et de sida en France repose sur la déclaration obligatoire, coordonnée par Santé publique France (ex Institut de veille sanitaire), et sur la surveillance virologique, réalisée par le Centre national de référence du VIH. Le bilan ci-dessous est issu de l’ensemble des déclarations parvenues à Santé publique France au 31/12/2015.

Télécharger (au format pdf: 402 ko) le point épidémiologique sur le site de Santépublique France

 

 

 

visuelSanté publique France. Journée mondiale du sida 1er décembre 2016. Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) n° 41-42, novembre 2016, 25p. En téléchargement (au format pdf: 667 ko) sur le site de Santé publique France (29/11/2016) 

A l’aube du 1er décembre et de la 29e journée mondiale de lutte contre le sida, Santé publique France publie un numéro spécial du bulletin épidémiologique hebdomadaire et un point épidémiologique sur les données actualisées des infections par le VIH et les infections sexuellement transmissibles bactériennes en France. Ces données permettent d’orienter les politiques publiques et de contribuer à leur évaluation, notamment les stratégies de dépistage et les actions de prévention auprès de la population générale et des populations les plus exposées.

Télécharger le BEH n°41-42

 

 

 

 

visuelInfection par le VIH/SIDA et les IST bactériennes. Données épidémiologiques. Santé publique France, 29/11/2016, 8 p. En téléchargement (au format pdf: 652 ko) sur le site de Santé publique France (novembre 2016)

Santé publique France, l’agence nationale de santé publique (ex Institut de veille sanitaire) produit chaque année, à l’occasion de la « Journée mondiale de lutte contre le sida », des données actualisées sur l’infection à VIH et les infections sexuellement transmissibles (IST) bactériennes en France. Ces données reposent sur différents systèmes de surveillance auxquels participent biologistes et/ou cliniciens, de façon obligatoire ou volontaire, et sur des enquêtes menées auprès de populations spécifiques.

Télécharger le document

 

 

 

visuelBOURDILLON F., LOT F, Institut de Veille Sanitaire (InVS). Infection par le VIH/SIDA et les IST : Point épidémiologique du 23 novembre 2015. INVS, novembre 2015, 7p. En téléchargement sur le site de l'InVS (23/11/2015)

L’Institut de veille sanitaire (InVS) produit chaque année, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, des données actualisées sur l’infection à VIH et les infections sexuellement transmissibles (IST) en France. Ces données reposent sur différents systèmes de surveillance auxquels participent biologistes et/ou cliniciens, de façon obligatoire ou volontaire, et sur des enquêtes menées auprès de populations spécifiques.
Télécharger le document (au format pdf: 821 ko) sur le site de l'InVS

 

Télécharger le point épidémio sur le document sur le site santé publique France

 

 

 

 

Antilles/ Guyane

 

 

visuelSurveillance des IST et du VIH/Sida. Bulletin de veille sanitaire Antilles-Guyane, n°3 - Décembre 2016. [En téléchargement (au format pdf: 5,27 Mo) sur le site de Santé publique France]

Ce bulletin de veille sanitaire présente les données issues de la surveillance nationale, coordonnée par Santé publique France, de la déclaration obligatoire des infections VIH/Sida ainsi que de l’activité de dépistage des laboratoires (laboVIH) pour l’année 2015. Pour la première fois, les données issues des réseaux régionaux de surveillance des infections sexuellement transmissibles bactériennes (RésIST) sont également présentées dans ce bulletin.

 

Consulter le document

 

 

 
Guadeloupe

 

données épidémios rapport Corevih 2015Situation actuelle de l'épidémie VIH dans notre région. Données épidémiologiques 2014 issues du rapport d'activité du COREVIH 2015. Patients suivis dans les hôpitaux, p.06. In Dossier de presse COREVIH Journée mondiale de lutte contre le sida. Pointe-à-Pitre: COREVIH, novembre 2015. En téléchargement (format pdf: 54 ko) sur le site du COREVIH (30/11/2015)

Suivant le rapport 2015 du COREVIH relatif à l'année 2014. En 2014, de l’ordre de 2000 personnes vivant avec le VIH (PVVIH) étaient prises en charge et/ou suivies en Guadeloupe (données épidémiologiques de la cohorte 2014 issues du rapport d’activité du COREVIH: environ 1200 PVVIH au CHU de Pointe-à-Pitre,350 PVVIH au CH de Basse-Terre et 520 PVVIH au CH de Saint-Martin).
La transmission du VIH reste majoritairement hétérosexuelle (>80%) avec quasi autant de femmes que d'hommes parmi les PVVIH de la cohorte 2014.
La part des hommes contaminés dans le cadre de relation homo ou bi-sexuelles augmente et représente plus d'un quart des contaminations féminines.
La proportion de PVVIH née nées à l'étranger reste globalement stable en Guadeloupe continentale (35%) mais est toujours plus élevée à Saint-Martin (78%).
95% des PVVIH suivies en Guadeloupe bénéficient d'un traitement antirétroviral. Dans plus de 90% des cas ce traitement permet de contrôler l'infection.
L'espérance  de vie des PVVIH traitées précocement et efficacement devient comparable à celle de la population générale.
Cependant chez plus d'une personne sur deux en 2014, l'infection par VIH est découverte à un stade tardif de stade sida et ou avec un taux de lymphocytes CD4

Consulter le document

 

 

 

 

 


Appels à projets

Documentation

Conseil Accompagnement Méthodologique

Nous contacter