Accueil > Qui sommes-nous > Actualités > Actualités des programmes IREPS > Penser la prévention des violences conjugales... Mot de la directrice de l'IREPS - Mathilde Carrara

Qui sommes-nous

Penser la prévention des violences conjugales... Mot de la directrice de l'IREPS - Mathilde Carrara

Arrêtons les violences

22/10/2019

Par Mathilde CARRARA - Directrice IREPS Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy

 

Introduction

Alors que les chiffres résonnent sur les violences conjugales, une des principales causes de mortalité et d’invalidité chez les femmes, que s’est achevé le grenelle, et qu’un grenelle spécifique pour les DOM a été organisé, rappelons qu’en raison de leur ampleur, de leur fréquence, et de leur conséquence sur les victimes, la famille, la société, les violences conjugales doivent être considérées comme une question de santé publique.

Les victimes de violence perdent 1 à 4 ans de leur vie en bonne santé et sont sujettes à de nombreuses maladies physiques, psychiques. Elles sont à l’origine de consommations élevées de psychotropes, de consultations, d’hospitalisations et d’arrêt maladie.

Les enfants témoins de violences intra familiales sont les victimes collatérales. Un grand nombre d’enfants victimes de violences conjugales présente un état de stress post traumatique. Au fur et à mesure du développement jusqu’à l’âge adulte on retrouvera 2 grands types de troubles dans son développement : ceux relatifs à l’atteinte à soi-même et les troubles relatifs à l’atteinte à autrui.

Alors, penser la prise en charge des traumatismes et l’accompagnement des victimes est un axe phare du grenelle qui s’est déroulé le 3 Septembre.

Et comment penser la prévention ?

Le dépistage est une étape essentielle. Dans le cadre d’une activité professionnelle nous avions élaboré un protocole d’entretien clinique avec les médecins pour la première consultation médicale : faire du médecin généraliste le premier recours de ces personnes victimes. Au même titre que le questionnaire clinique inclut des questions sur les antécédents médicaux, ou autres données de santé, la question « avez-vous subi des violences ? » était systématiquement posée.

Le questionnement systématique offre ainsi l’espace d’expression d’un vécu alors rarement évoqué par les patients au regard du traumatisme généré et de la difficulté d’en parler.

Sans surprise, la prévention primaire reste un enjeu majeur pour endiguer les violences. Sensibiliser dès le plus jeune âge à des valeurs essentielles comme le respect des différences et de l’altérité et poser le cadre d’un vivre ensemble apaisé constituent les bases de cette prévention.

Les différents programmes et dispositifs tels que l’éducation à la vie affective et sexuelle, le développement des compétences psychosociales (CPS), l’éducation aux médias, sont également des atouts essentiels pour la prévention des violences. 

A l’IREPS nous développons ces programmes préventifs de la violence et formons les professionnels à la promotion de la santé, à la vie affective et sexuelle, aux CPS. Ces programmes sont soutenus par l’ARS.

Il n’en demeure pas moins que toute une chaine de responsabilités et d’engagements doit être mobilisée, depuis la cellule familiale jusqu’aux représentations dans le grand public à travers les médias en passant par les choix politiques éclairés.

 

Les chiffres

 

 

1 134

C’est le nombre de femmes victimes de violences enregistré par les services de police ou de gendarmerie en Guadeloupe pendant les 8 premières mois de l’année 2019.

Ce qui représente une augmentation de 6% par rapport à la même période en 2018.

Ce bilan se décompose de la façon suivante :

  • 765 femmes victimes de violences physiques (747 en 2018)
  • 276 femmes victimes de menaces ou de chantage (220 en 2018)
  • 52 femmes victimes de viol , dont 20 mineures (51 / 31 en 2018)
  • 37 femmes victimes de harcèlement sexuels, dont 24 mineures (49 / 38 en 2018)
  • 3 femmes séquestrées (1 en 2018)
  • 1 femme victimes d’une tentative d’homicide (2 en 2018)
Source : Préfecture Région Guadeloupe (http://www.guadeloupe.gouv.fr) cité par France Antilles Guadeloupe n°14 881 du 18/09/2019
 

 

 
 

Carte de l'IREPS Guadeloupe OGDPC - ODPC habilité à dispenser des programmes de DPC Datadock IREPS Guadeloupe - Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé

6, résidence Casse - Rue Daniel Beauperthuy - 97100, Basse Terre
Tél. : 05 90 41 09 24
Fax : 05 90 81 30 04
Ouvert de 8h à 13h et de 14h à 17h (fermé le mercredi après-midi)
Plan du site - Nous contacter - Crédits