Accueil > Qui sommes-nous > Actualités > Dernières actualités > Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes

Qui sommes-nous

Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes

Arrêtons les violences

25 novembre 2019

 

visuel

 

 

visuelL’Organisation des Nations Unies définit la violence à l’égard des femmes comme «tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée.». La violence à l’encontre des femmes, qu’elle soit le fait d’un partenaire intime ou de nature sexuelle, est un grand problème de santé publique et une violation majeure des droits de la femme. La violence a des effets négatifs sur le bien-être général des femmes et les empêche de participer pleinement à la vie sociale. Les conséquences néfastes de la violence n’affectent pas seulement les femmes, mais également leurs familles, leur communauté et leur pays. En outre, les coûts de la violence sont très élevés, se traduisant aussi bien par des dépenses supérieures en matière de soins de santé et de frais juridiques que par une perte de productivité. Ceci a un impact sur les budgets nationaux, et plus globalement, sur le développement.

Des dizaines d'années de mobilisation de la société civile et des mouvements des femmes ont placé l'élimination de la violence basée sur le genre en haut de la liste des priorités nationales et internationales. Un nombre de pays sans précédent dispose de lois contre la violence domestique, les agressions sexuelles et les autres formes de violence. Toutefois, il reste bien des défis à relever pour faire appliquer ces lois afin que les femmes et les filles puissent jouir de la sécurité et de la justice. Les initiatives de prévention sont insuffisantes, et les actes de violence restent bien souvent impunis.

 

visuelDu 25 novembre date de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes au 10 décembre,  journée des droits de l'homme, la campagne « 16 jours d'activisme contre la violence sexiste » fait office de stratégie d’organisation pour les particuliers et les organisations du monde entier, en vue de la promotion et de la prévention et l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles.

 

 

visuel

 La campagne « Tous UNiS Oranger le monde pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes » pour mettre fin à la violence faite aux femmes, du 25 novembre au 10 décembre, sous le thème « Orangez le monde : la Génération Égalité s’oppose au viol ».

Bien que les noms, les époques et les contextes ne sont pas les mêmes, les femmes et les filles sont universellement touchées par le viol ainsi que la violence et les abus sexuels, tant en temps de paix que de guerre.

Au cours des dernières années, grâce à des campagnes telles que #MeToo, #TimesUp, #Niunamenos, #NotOneMore, #BalanceTonPorc, les voix des victimes et des activistes ont mis en lumière la question de la violence sexuelle et ont atteint un volume qu’il est désormais impossible d’ignorer ou de réduire au silence. 

C’est pourquoi, dans le cadre de la campagne d’ONU Femmes Génération Égalité qui marque le 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing, la Campagne « Tous UNiS » appelle toute personne, quelles que soient ses origines, à s’informer et à lutter contre l’omniprésence de la culture du viol.

Consulter les ressources en ligne sur le site Onu Femmes

  

 

ACTUALITE DE LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES


Au niveau national

En 2018, une femme est morte tous les trois jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint. Depuis le début de l’année 2019, 140 femmes sont mortes assassinées dans ces conditions. 

visuel

visuel

Arrêtons les violences. De la mobilisation à l'action: Des actions concrètes pour prévenir et lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Actualité Gouvernement.fr (30/08/2019)

Le gouvernement a lancé le 03 septembre 2019 "le Grenelle des violences conjugales" sur l’ensemble du territoire national. Il a donné lieu à la mise en place de groupes de travail, à l'organisation de grenelles locaux en région, l'organisation de consultations citoyennes et des déplacements. Le processus s'achèvera le 25 novembre, par la présentation de nouvelles mesures.

Consulter cette actualité sur le site du gouvernement

 

A noter:

Des outils de prévention, d’information et de signalement dédiés existent pour éviter et lutter contre ces violences

visuel

Le 3919, numéro d’écoute national, anonyme et gratuit, destiné aux femmes victimes de violences et à leur entourage. visuelLe 3919 n’est pas un numéro d’urgence : en cas de danger immédiat, il faut appeler la police, la gendarmerie ou les pompiers en composant le 17, le 112 ou le 18 ;

Le site web dédié au violences conjugales contre les femmes : https://arretonslesviolences.gouv.fr/

La plate-forme de signalement en ligne: www.signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr

 

 

 visuelLe site Stop-violences-femmes.gouv.fr

  

 

 

A noter : 
visuel

En 2018, 149 personnes sont décédées sous les coups de leur partenaire ou de leur expartenaire de vie (contre 151 en 2017 et 157 en 2016).

Parmi ces victimes, on dénombre 121 femmes (contre 130 en 2017), et 28 hommes (contre 21 en 2017). Ainsi, un décès criminel survient au sein du couple tous les deux jours et demi et une femme décède sous les coups de son partenaire ou de son ex-partenaire tous les trois jours.

L'étude précise aussi les circonstances du passage à l'acte pour ces morts violentes, à savoir que l'auteur des faits est le plus souvent un homme (79,2 % des cas), ayant fait usage d'une arme (67,8 % des cas). Les faits sont, les plus souvent, commis au sein d'un domicile qu'il soit celui du couple ou de l'un des deux membres (83,2 % des cas).

 

 

 

En Guadeloupe

 

En Guadeloupe, les pouvoirs publics et les associations se sont mobilisés dans le cadre du grenelle contre les violences. La restitution des travux issus des ateliers locaux s'est effectué le 19 novembre 2019.

A l'issue de ces ateliers, plus d'une trentaine d'actions ont été identifiées .

Consulter l'actualité en ligne sur le site de la Préfecture de Région Guadeloupe visuel

 

 

Rappel des chiffres des violences communiqués par la Préfecture de Région Guadeloupe

Selon les services de police et de gendarmerie en Guadeloupe, sur les dix premiers mois de l’année, le nombre de femmes victimes de violences, dans et hors du cadre familial, s’élève à 1 941, ce qui représente une augmentation de 9,5 % par rapport à 2018 sur la même période. Aucun homicide  à l'encontre des femmes n'est enregistré dans le cadre des violences conjugales.

Plus de détail sur les chiffres en ligne sur le site de la Préfecture de Région

 

En Guadeloupe, les pouvoirs publics et les associations se mobilisent pour organiser différentes actions de sensibilisation sur le territoire. Différentes actions de sensibilisation sont recensées par la Délégation régionale aux Droits des Femmes et à l'Egalité.

Programme des manifestations prévues dans le cadre de cette journéevisuel

 

 

 

 

A noter ces 2 initiatives 

 

visuel

Matinée d'échanges et d'information - Observatoire Féminin - Jeudi 27 novembre 2019 - Salle Léopold Hélène LE GOSIER

L'Observatoire Féminin de la Fédération féminine d'Organisation et de Revalorisation Culturelle, Economique et Sociale (FORCES), organise en lien avec ville du Gosier une matinée d'échanges et d'information qui a pour objectif d'aider à mieux appréhender la problématique des violences des faites aux femmes d ans le cadre de la Journée Internationale de lutte contre ces violences (novembre 2019)

visuel


 

Consulter le site de l'Observatoire féminin

 

Carte interactive - femmes victimes de violence : où trouver de l'aide ?

 

 

visuelManifestation de sensibilisation à la population, autour des violences faites aux femmes - VisuelAssociation F.O.R.C.E.S./ CR-OIH URIOPSS - Samedi 23 novembre 2019 - Rue piétonne de Pointe-à-Pitre

Cette manifestation prendra la forme, d’un rassemblement symbolique

 

 

 

  

 

 

visuel

 

A l'occasion de cette journée, le service documentaire de l'Ireps Guadeloupe a actualisé sur son site 

 

 

Sa sélection bibliographique issue de la veille documentaire

et vous propose :

 

 une sitographie ainsi que des adresses ressources

 

une liste de ressources constituée de références disponibles en prêt sur les problématiques des relations de genresles violences et le harcèlement 

 

 


 


Carte de l'IREPS Guadeloupe OGDPC - ODPC habilité à dispenser des programmes de DPC Datadock IREPS Guadeloupe - Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé

6, résidence Casse - Rue Daniel Beauperthuy - 97100, Basse Terre
Tél. : 05 90 41 09 24
Fax : 05 90 81 30 04
Ouvert de 8h à 13h et de 14h à 17h (fermé le mercredi après-midi)
Plan du site - Nous contacter - Crédits