Accueil > Qui sommes-nous > Actualités > Dernières actualités > Focus documentaire - Journée internationale contre l'abus et le trafic de drogues

Qui sommes-nous

Focus documentaire - Journée internationale contre l'abus et le trafic de drogues

Journée internationale contre l'abus et le trafic de drogues

26 juin 2020

 

Visuel

Chaque 26 juin depuis 1987, l'Assemblée générale de l'ONU a décidé de célébrer la Journée internationale contre l'abus et le trafic de drogues. Cette journée vise à renforcer l'action et la coopération aux échelons national, régional et international dans le but de parvenir à une société affranchie de l'abus des drogue;

Le thème de la Journée internationale 2020 contre l'abus et le trafic de drogue, « De meilleures connaissances pour de meilleurs soins », met l’accent sur la nécessité d'améliorer la compréhension du problème mondial de la drogue. Une meilleure connaissance de ces questions permettrait, en effet, de renforcer la coopération internationale et de limiter les conséquences de l’abus des drogues et du trafic sur la santé des individus, ainsi que sur la gouvernance et la sécurité.

A noter:

 

 

Couverture du Rapport mondial sur les drogues de l'ONUDCWorld Drug Report 2020 = Rapport mondial sur les drogues

Nations Unies, 2020, [en ligne].

Selon le dernier Rapport mondial sur les drogues, environ 269 millions de personnes ont consommé des drogues dans le monde en 2018, soit 30% de plus qu'en 2009, tandis que plus de 35 millions de personnes souffrent de troubles liés à la consommation de drogues.

 

A l'occasion de cette journée Internationale, l'IREPS Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy rappelle quelques données relatives au contexte national et local

  •  
  •  

 

 

 Au niveau national et local

Visuel

OBRADOVIC Ivana et al.

Drogues et addictions dans les outre-mer. Etat des lieux et problématiques

Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT)

juin 2020

À partir des données statistiques les plus récentes et des principales études menées dans ces territoires, un nouveau numéro de la collection Théma de l’OFDT offre un aperçu des situations et des problématiques spécifiques liées aux drogues auxquelles ces territoires sont confrontés. Cette analyse est principalement centrée sur quatre territoires ultramarins – Guadeloupe, Martinique, Guyane et La Réunion – et complétée par des éléments concernant Mayotte, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française. Les principaux points abordés sont structurés autour de trois thématiques :

                    • - la moindre prévalence globale des usages de produits psychoactifs mais l’existence de problématiques spécifiques sévères.
                    • - le fort impact du trafic international des drogues dans ces territoires, notamment du marché de la cocaïne dans les départements français d’Amérique.
                    • - et l’analyse des réponses publiques aux problématiques addictives et la mobilisation des ressources. »

 

En téléchargement (au Format pdf: 3, 04 Mo)

 

  • Visuel

Usages et conséquences liés aux produits psychoactifs Guadeloupe. Données extraites de la base ODICER

Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)

Mars 2020, 4 p.

"Usages et conséquences liés aux produits psychoactifs" qui renseigne sur les niveaux d'usage parmi les adultes et les adolescents, ainsi que des conséquences sanitaires et judiciaires liées aux produits psychoactifs.

Les fiches régionales de l’OFDT synthétisent les principaux indicateurs liés aux substances psychoactives pour l’ensemble des régions métropolitaines. Ces fiches renseignent des niveaux d’usage parmi les adultes et les adolescents, ainsi que des conséquences sanitaires et judiciaires liées aux produits psychoactifs. La mise à jour de ces fiches est annuelle. L’ensemble des indicateurs mobilisés sont également consultables grâce à l’outil cartographique ODICER.

 

 

 

En téléchargement (au format PDF : 353 ko) sur le site de l'OFDT

 

 

VisuelLes niveaux d'usages des drogues illicites en France en 2017

Tendances n° 128

OFDT

Novembre 2018

6 p.

L’OFDT et Santé publique France ont publié les résultats du volet "drogues illicites" du Baromètre santé 2017 qui a interrogé plus de 20 000 personnes âgées de 18 à 64 ans sur leurs usages de ces substances.

Une large part de l’analyse porte sur le cannabis, produit illicite de très loin le plus expérimenté en France. Près de la moitié (45 %) des adultes en ont déjà consommé et un adulte sur 10 (11 %) est usager dans l'année. On dénombre 3,6 % d'usagers réguliers (au moins 10 usages dans le mois). L’usage quotidien concerne pour sa part 2,2 % des 18-64 ans.

L’enquête souligne le maintien d’une prédominance masculine dans ces usages et le fait que les jeunes générations consomment davantage. Plus du quart des 18-25 ans déclarent un usage au cours de l’année (27 %) et 8,4 % d’entre eux un usage régulier. Toutefois, le profil des consommateurs de cannabis se diversifie intégrant davantage de trentenaires et d’actifs en emploi. En 2017, l’usage régulier atteint 6,3 % chez les 26-34 ans et 3,3 % chez les 35-44 ans.

Dans le même temps, l’usage dans l’année des actifs occupés s'établit à 9,6 % alors que celui des chômeurs se stabilise à 16 %.

Les expérimentations des autres substances illicites sont beaucoup plus rares et se situent en deçà de 6 %, même pour les drogues stimulantes qui sont les plus diffusées (5,6 % pour la cocaïne et 5,0 % pour la MDMA/ecstasy) avec les champignons hallucinogènes (5,3 %).

L’usage de cocaïne dans l’année est de 1,6 % alors que celui de MDMA/ecstasy atteint les 1,0 %.

Résumé OFDT

En téléchargement (au format pdf: 520 ko) sur le site de l'OFDT

 

 

VisuelLes drogues à 17 ans : analyse régionale - Enquête ESCAPAD 2017

OFDT

Septembre 2018

54p.

Consommations de produits psychoactifs des jeunes Français : Exploitation régionale de l’enquête ESCAPAD (Enquête Santé et Consommation au cours de l’Appel de Préparation à la Défense)

L’OFDT a conduit en mars 2017 le 9e exercice de l’enquête ESCAPAD (Enquête sur la santé et les consommations lors de l’appel de préparation à la Défense) centrée sur les usages de substances psychoactives licites et illicites à 17 ans. Les résultats d’ESCAPAD 2017 en métropole ont été présentés en février 2018. Ils ont révélé des baisses plus ou moins marquées selon les produits par rapport à l’enquête ESCAPAD de 2014. Les consommations à la fin de l’adolescence sont  d’ailleurs parmi les plus basses enregistrées depuis le début des années 2000.

Aujourd’hui, en s’appuyant sur la très grande taille d’échantillon de cette enquête (plus de 40 000 jeunes gens), l’OFDT propose une nouvelle analyse de ces données dans les 13 régions de métropole ainsi que dans quatre territoires d’outre-mer : la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique et La Réunion.

Cette approche territoriale met en lumière de moindres consommations de tabac dans le quart nord-est, une diffusion de boissons alcoolisées plus marquée sur la façade atlantique, une opposition entre le nord et le sud concernant le cannabis alors qu’on observe davantage d’expérimentations d’autres drogues illicites à l’ouest de l’hexagone.

Dans les quatre DOM étudiés, conformément à ce qui a pu être observé dans d’autres travaux, les jeunes présentent des niveaux de consommation inférieurs à ceux mesurés chez les adolescents interrogés en France métropolitaine. Les deux exceptions notables concernent l’expérimentation d’alcool plus élevée en Guadeloupe, en Guyane et en Martinique que dans le reste du territoire et celle de cannabis qui s’avère supérieure à La Réunion.

 

En téléchargement (au format pdf: 4, 1 Mo) sur le site de l'OFDT

 

A cela s’ajoute, les données concernant le milieu scolaire avec l’enquête ESPAD

 

visuelLes usages de drogues chez les lycéens de Guadeloupe - Résultats de l’enquête ESPAD 2015

OFDT, 15 p.

Juin 2018

Résumé: Quels sont les niveaux d’expérimentation des principales substances psychoactives des lycéens de la Guadeloupe ?

Comment évoluent ces usages de la classe de seconde à celle de terminale ?

Sur quels points les lycéens guadeloupéens se différencient-ils de leurs homologues de métropole ?

L’analyse des résultats d’un sur-échantillon de jeunes élèves lors de l’enquête ESPAD 2015 dans l’académie de la Guadeloupe, menée par l’OFDT en collaboration avec l’ORSAG, permet de répondre à ces questions en insistant sur les spécificités de la région.

En téléchargement (au format pdf: 1 Mo) sur le site de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)

ESPAD Guadeloupe en ligne sur le site de l'OFDT

 

Données sur l’alcoolisation

 

VisuelL’alcool et ses conséquences sur la santé en Guadeloupe (données disponibles en 2017)

Baie-Mahault. En ligne sur le site de l’Observatoire de la santé (ORSaG)

Mars 2018

16p. 

Ce tableau de bord, réalisé par l’ORS, fournit les dernières données disponibles en Guadeloupe

En Guadeloupe, 9 habitants âgés de 15 à 75 ans sur 10  ont déjà consommé de l’alcool au cours de leur vie, selon l’enquête Baromètre santé DOM 2014. Plus d’un tiers des Guadeloupéens consomment de l’alcool toutes les semaines et 1 sur 10 déclare avoir été ivre au moins une fois au cours des douze derniers mois.
Chez les Guadeloupéens âgés de 17 ans, 87 % ont déjà expérimenté l’alcool et près de quatre jeunes sur dix (39 %) déclarent avoir déjà connu une ivresse alcoolique au cours de leur vie (enquête ESCAPAD 2014).
Dans la région, sur la période 2013-2015, près de 1 300 patients ont été hospitalisés chaque année pour des complications liées à l’alcool. Près de neuf patients sur dix sont des hommes et la moitié sont âgés de 45 à 64 ans.

En ligne sur le site de l'Observatoire de la Santé de Guadeloupe 

 

 

 

Données sur la consommation de tabac

 

En Guadeloupe

visuel

Tabac. 

Bulletin de santé publique Guadeloupe

Février 2019

22p.

Selon les données du Baromètre Santé DOM 2014, le tabagisme quotidien parmi les 18-75 ans était de 12 % et le tabagisme quotidien ou occasionnel était de 17 %, avec une prévalence plus élevée chez les hommes. Des données qui montrent également un tabagisme quotidien ou occasionnel significativement plus faible en Guadeloupe en comparaison à la moyenne en France métropolitaine de 31,9 %.

Le nombre estimé de fumeurs quotidiens est estimé en Guadeloupe à 40 000 ; les variables associées au tabagisme sont le sexe et l’âge mais ni le revenu, ni le niveau de diplôme ne sont associés au statut tabagique. Selon l’enquête Escapad (OFDT), le tabagisme quotidien chez les jeunes de 17 ans était de 11 % en Guadeloupe versus 25% au niveau national.

La proportion de personnes ayant déjà expérimenté la cigarette électronique était de 8 % en 2014 (33 % en France métropolitaine) et 2 % des personnes déclaraient vapoter quotidiennement.

 

En téléchargement (au format pdf: 1, 26 Mo) sur le site Santé publique France (19/02/2019)

 

 

Lutte contre les addictions, Prévention, éducation pour la santé

 

VisuelAlcool, tabac, drogues, écrans : Plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022 [Etude / Rapport]

Paris : Premier ministre. Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les addictions (MILDECA)

2018

130p.

Résumé: Au terme du plan gouvernemental 2013-2017 qui a porté la politique de lutte contre les conduites addictives au cours des dernières années, le Premier ministre a souhaité que la MILDECA lui propose, en lien avec les ministères concernés, une actualisation et une intensification de cette politique, afin de protéger nos concitoyens, en particulier les plus jeunes, leurs niveaux de consommation étant parmi les plus élevés en Europe, quel que soit le produit en cause.
Les 6 axes, 19 priorités et plus de 200 mesures proposées font suite à une large concertation menée depuis fin octobre 2017 qui a associé les ministères, leurs opérateurs (agences sanitaires et agences régionales de santé), la CNAM et la CNAF, les associations représentant les communes (Association des maires de France, France Urbaine, Union nationale des centres communaux d'action sociale) et les départements (Association des départements de France), les professionnels, associations et intervenants, spécialistes de l'addictologie ou de la réduction des risques, mais aussi des représentants du secteur économique de la production d'alcool, de la restauration et de la distribution. Plus de 70 contributions ont été recueillies.
Le plan 2018-2022 s'articule autour de 6 grands défis :
- Protéger dès le plus jeune âge ;
- Mieux répondre aux conséquences des addictions pour les citoyens et la société ;
- Améliorer l'efficacité de la lutte contre le trafic ;
- Renforcer les connaissances et favoriser leur diffusion ;
- Renforcer la coopération internationale ;
- Créer les conditions de l'efficacité de l'action publique sur l'ensemble du territoire.
Inscrit dans un temps long, compatible avec l'atteinte des objectifs en matière de prévention, il indique les priorités et les principales mesures à mettre en œuvre, témoignant d'une action publique ambitieuse et pragmatique.
  

En ligne sur le site de la MILDECA (08/01/2019)

 

 

A noter:

 

VisuelPrévention des addictions : interventions probantes et évaluation

La Santé en action n°449

Santé publique France

Septembre 2019

52p.

Comment s'assurer qu'une intervention de santé publique est efficace ? Quels fondamentaux mettre en oeuvre pour qu'un programme ait un impact positif sur les populations ? Ce dossier central a pour ambition d'apporter un corpus de réponses synthétiques à ces questions majeures. Il focalise sur la thématique des addictions aux substances psychoactives (tabac, cannabis, alcool...) chez les jeunes. Une quinzaine d'experts ont contribué à cet état des connaissances - et des pratiques - sur les " interventions probantes ", avec à la clé des exemples de programmes évalués, sans occulter leurs forces et leurs faiblesses.

 

 

En téléchargement (format pdf: 4, 89 Mo) sur le site Santé Publique France (10/10/2019)

 

 

VisuelRépertoire des interventions efficaces ou prometteuses en prévention et promotion de la santé

Santé publique France

Janvier 2020

Ce répertoire a pour but d’aider les décideurs et les acteurs locaux à choisir des interventions adaptées pour répondre à leurs besoins, à valoriser une prévention scientifiquement fondée et à permettre l’articulation entre la recherche et les pratiques de terrain. Il présente, dans une première étape, des programmes soit déjà implantés, soit en cours d’étude, d’expérimentation ou de déploiement. Il n’est pas exhaustif et donc voué à s’enrichir de nouvelles actions. Certains titres renvoient à une fiche de synthèse contenant le résumé de l’intervention, les contacts, les ressources, les publications. Le niveau d’efficacité de chaque intervention sera ajouté ultérieurement après analyse par des experts relecteurs.

 

En ligne sur le site de Santé publique France

 
 
 
EN GUADELOUPE

Répertoire des structures d'accueil et de prise en charge

  •  
  •  
  • Visuel
  • Guide répertoire des structures ressources en addictologie (version 2020)
  • IREPS Guadeloupe
  • Juin 2020
  •  
  •  
  •  
  •  

Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM)Lutte contre les addictions : l'appel à projet " Mobilisation de la société civile " 2020 est lancé - Fonds de lutte contre les addictions - Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM) - Date limite - 14/09/2020

 

 

 

 

MILDECA

 

 

 

 

 

Consulter les ressources de l'IREPS Guadeloupe

 

 en ligne sur le site Internet
  Visuel   Visuel   Opac
   Sélection d'outils d'intervention "Conduites à risque"    Catalogue des supports de diffusion    Catalogue en ligne PMB

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A noter:

 

 

 

 


Carte de l'IREPS Guadeloupe OGDPC - ODPC habilité à dispenser des programmes de DPC Datadock IREPS Guadeloupe - Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé

6, résidence Casse - Rue Daniel Beauperthuy - 97100, Basse Terre
Tél. : 05 90 41 09 24
Fax : 05 90 81 30 04
Ouvert de 8h à 13h et de 14h à 17h (fermé le mercredi après-midi)
Plan du site - Nous contacter - Crédits