Ireps Guadeloupe - Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé
Fondée sur une approche globale de la santé, l’Ireps Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy travaille en étroite relation avec les associations de prévention du territoire de la Guadeloupe et des îles du Nord.

Focus 31 mai 2016 - Journée mondiale sans tabac

Ireps971

 

Bibliographie

 

Epidémiologie/ Généralité

 

Au niveau Mondial

 

OMS_JMST_2016Centre des médias de l'OMS. Principaux repères sur le tabagisme. Aide mémoire n°339, juillet 2015

Principaux faits.

- Le tabac tue la moitié de ceux qui en consomment.
- L'épidémie de tabagisme tue près de 6 millions de personnes chaque année. Plus de 5 millions d'entre elles sont des consommateurs ou d'anciens consommateurs, et plus de 600 000, des non-fumeurs involontairement exposés à la fumée.
- Si aucune mesure n'est prise d'urgence, le nombre annuel de ces décès pourrait atteindre plus de 8 millions d'ici à 2030.
- Plus de 80% du milliard de fumeurs dans le monde vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.

 

rapport tabac 2015Rapport OMS sur l'épidémie mondiale de tabagisme, 2015: Augmenter les taxes du tabac. Résumé d'orientation [Rapport)].- Genève: Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 2015.- 8p.


Seulement une personne sur 10 dans le monde vit dans l’un des 33 pays où le taux d’imposition des cigarettes est supérieur à 75% du prix de détail.
Dans plus de 80% des pays, la taxation du tabac n’atteint pas le plus haut degré d’exécution de cette mesure, alors qu’il est clairement établi qu’instaurer des taxes suffisamment élevées est une intervention à la fois extrêmement efficace et rentable.
L’élan donné par la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac et les mesures cohérentes du programme MPOWER mises en place depuis dix ans ont contribué à ce que 40% de la population mondiale soit protégée par au moins une mesure MPOWER appliquée de façon optimale. Le thème du rapport 2015 - l’augmentation des taxes sur le tabac - est la mesure MPOWER pour laquelle on constate le moins de progrès.


Télécharger (au format pdf: 2 Mo) le résumé d'orientation en français sur le site de l'OMS


Télécharger (au format pdf: 8 Mo) le rapport intégral (en anglais) sur le site de l'OMS

 

 

Au niveau national

 

odonnance 2016-623Ordonnance du 19 mai 2016 portant transposition de la directive 2014/40/UE sur la fabrication, la présentation et la vente des produits du tabac et des produits connexes. In JORF n°0116 du 20 mai 2016. En ligne sur Légifrance (20/05/2016)
Cette ordonnance interdit l’utilisation de marques ou de de dénominations commerciales qui promeuvent le tabac. Les fabricants de produits du tabac et connexes devront déclarer les ingrédients entrant dans la composition de leurs produits et rendre publiques les études sur leur toxicité. Par ailleurs, de nombreux ingrédients sont interdits dans la composition des produits du tabac.
Les produits qui ne respectent pas les nouvelles dispositions pourront être livrés jusqu’au 20 novembre 2016 et vendus jusqu’au 31 décembre 2016 et jusqu’au 20 mai 2017 pour les cigares.
Les avertissements sanitaires sur les risques liés à la consommation seront plus visibles et plus percutants.
Télécharger (au format pdf: 220 ko) l'ordonnance sur Légifrance

 

 

BEH n°15-2016PASQUEREAU Anne, GUIGNARD Romain, ANDLER Raphäel ( et al.), Santé publique France. L’exposition à la fumée de tabac dans les lieux à usage collectif et les lieux de convivialité en France en 2014. In Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) n°15, mai 2016, pp. 253-263 (25/05/2016)
Le nombre de décès liés au tabagisme passif en France a été estimé à 1 100 chaque année. L’interdiction de fumer dans les lieux à usage collectif et les lieux de convivialité a été instaurée en France en 2007 et 2008. Il est important d’en suivre les conséquences sur l’exposition des Français à la fumée de tabac.
Télécharger (au format pdf: 285 ko) l'article du BEH n°15-2016 sur le site de l'InVS

 

 

 

 

 

BEH n°15-2016GOLBERG Marcel; Santé publique France. Utilisation de la cigarette électronique et du tabac : premières données de la cohorte Constances, France, 2014. In Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) n°15, mai 2016, pp. 264-271 (25/05/2016)
L’usage de la cigarette électronique (E c ig) s’est très rapidement répandu. Cependant, on dispose de peu de données concernant son innocuité, son efficacité pour l’arrêt du tabagisme ou sa facilitation vers le passage au tabac. Les données préliminaires issues de la cohorte Constances décrivent la prévalence de l’usage du tabac et de la E c ig et les trajectoires sur un an.
Télécharger (au format pdf: 285 ko) l'article du BEH n°15-2016 sur le site de l'InVS

 

 

 

 

Avis hcspAvis relatif aux bénéfices-risques de la cigarette électronique ou e-cigarette étendus en population générale. Haut Conseil de la Santé Publique, 22 février 2016, 26 p.
Le 25 avril 2014, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a rendu un premier avis relatif aux bénéfices-risques de la cigarette électronique. Alors que l’usage de celle-ci est répandu en France, les relations entre cigarette électronique et aide à l’arrêt du tabac restaient encore peu documentées dans notre pays et le HCSP se voulait prudent dans ses recommandations. Une actualisation de l’avis du 25 avril 2014 parue le 24 février 2016 réévalue la situation.
En 2016, les connaissances scientifiques se sont étoffées et de plus en plus d’associations de tabacologie, de promotion de la réduction des risques, de consommateurs de la cigarette électronique et de professionnels de santé demandent une clarification du statut de la cigarette électronique. D’où la réévaluation des anciennes recommandations du HCSP sur la balance bénéfices-risques de la cigarette électronique en population générale. Aujourd’hui, les travaux du HCSP, indiquent que la cigarette électronique :
- peut être considérée comme un outil d’aide au sevrage tabagique pour les populations fumeuses désireuses d’arrêter leur consommation de tabac
- constitue un outil de réduction des risques du tabagisme même si pour les usagers à la fois de tabac et de cigarette électronique, le débat reste ouvert
- pourrait constituer un point d’entrée dans le tabagisme mais que ce risque serait contrebalancé par le fait qu’elle pourrait aussi retarder cette entrée
induit un risque de « renormalisation » de la consommation de tabac compte tenu de l’image positive véhiculée par son marketing et sa visibilité dans les espaces publics
En conséquence, le Haut Conseil recommande dans son nouvel avis :

- de poursuivre et d’intensifier les politiques de lutte contre la consommation de tabac
- d’informer, sans en faire publicité, les professionnels de santé et les fumeurs des avantages et des inconvénients de la cigarette électronique
- de maintenir les modalités d’interdictions de vente et de publicité prévues par la loi de modernisation du système de santé et d’étendre l’interdiction d’utilisation à tous les lieux à usage collectif
- de renforcer les études d’observation et épidémiologiques sur le tabagisme et la cigarette électronique et de lancer des recherches en sciences humaines et sociales sur cette question
- de poursuivre les efforts de labellisations et de marquages pour assurer le maximum d’information aux consommateurs et assurer leur sécurité
- Il invite aussi l’Organisation mondiale de la santé à émettre des recommandations générales concernant la cigarette électronique qui viendraient enrichir une future version de la Convention Cadre pour la lutte anti-tabac.

Télécharger (au format pdf: 674 ko) l'avis sur le site du HCSP

 

 

tabagisme et arrêtObservatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), LERMENIER-JEANNET Aurélie. Tabagisme et arrêt du tabac en 2015
Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), 02/2016, 8 p.
Les bilans annuels du tableau de bord tabac donnent une vue synthétique de l’évolution au cours de l’année écoulée des principaux indicateurs liés aux ventes de tabac, à la prise en charge des fumeurs et aux actions de prévention et d’information (ces éléments étant détaillés chaque mois dans un tableau de bord mensuel). Le bilan 2015 constitue le 11 ème exercice de ce type.
Télécharger (au format pdf: 656 ko) le bilan annuel tabac 2015 de l'OFDT

 

 

 

 

Rapport lutte contre tabac 2016 Cour des comptesLa lutte contre le tabagisme : une politique à consolider. In Rapport public annuel 2016. Cour des comptes, février 2016. En téléchargement (au format pdf) sur le site de la fédération addictions (28/02/2016)

En 2012, à la demande du comité d’évaluation et de contrôle (CEC) de l’Assemblée nationale, la Cour a procédé à une évaluation des politiques publiques de lutte contre le tabagisme menées depuis 2002. Alors que la prévalence tabagique remontait en France depuis 2005, à rebours des évolutions observées dans la plupart des pays comparables, la Cour avait mis en évidence, malgré des progrès notables en matière de prévention du tabagisme passif, des faiblesses préoccupantes. [...]
Trois ans après la remise de cette évaluation, la Cour s’est attachée à apprécier la manière dont les pouvoirs publics avaient pris en compte ses analyses et ses recommandations, dans le contexte notamment de la publication en septembre 2014 d’un programme national de réduction du tabagisme, dont la loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé porte un volet important.
Elle a constaté que le programme national de réduction du tabagisme affirme une stratégie d’ensemble assortie d’objectifs ambitieux. Dans le même temps cependant, la menace pour la santé publique n’a pas diminué et a même tendance à augmenter.
Dans ce contexte, les pouvoirs publics ne peuvent se priver, pour atteindre dans les délais prévus les objectifs qu’ils se sont fixés, de recourir à tous les leviers disponibles, y compris celui de la fiscalité. »
« La Cour réitère en conséquence, en les reformulant, les recommandations suivantes :
1. affiner la mesure des incidences des mouvements de prix sur les ventes hors réseau et mesurer les effets du paquet neutre sur la consommation ;
2. mettre en œuvre dans la durée une politique de relèvement soutenu des prix en usant de l’outil fiscal à un niveau suffisant pour provoquer une baisse effective et durable de la consommation ;
3. mobiliser de manière coordonnée, et en suscitant la création de réseaux, l’ensemble des différents professionnels de santé sur la prévention du tabagisme et l’aide à l’arrêt du tabac. »
D'après le résumé Info Lettre Plateforme d'échanges et d'information Drogues et dépendances Outre-mer n°56, mai 2016

Télécharger le rapport (au format pdf: 972 ko) sur le site de la fédération addictions

 

 

Tendances n°106Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), SPILKA Stanislas, EHLINGER Virginie, LE NEZET Olivier (et al.)
Alcool, tabac et cannabis en 2014, durant les « années collège ». In Tendances n° 106, décembre 2015, 6 p. En téléchargement sur le site de l'OFDT (décembre 2015)
En 2012, l’OFDT publiait pour la première fois, grâce à l’enquête européenne HBSC 2010, un état des lieux des niveaux de consommation d’alcool, de tabac et de cannabis parmi les collégiens français. En 2014, un nouvel exercice de l’enquête a permis d’actualiser ces données et d’examiner leur évolution, tout en abordant pour la première fois les usages de la cigarette électronique (e-cigarette) et de la chicha. Présentés dans le n° 106 de Tendances, les résultats du volet drogues de l’enquête en France permettent d’établir quelques grands constats : Première substance psychoactive expérimentée par les collégiens, l’alcool fait cependant l’objet  d’un moindre engouement (expérimentations et usages récents d’alcool en nette baisse en 2014, premières ivresses plus tardives et moins fréquentes qu’en 2010).  Le tabac, dont l’expérimentation au collège reste largement moins répandue que celle de l’alcool, est la substance la moins sexuellement différenciée même si, dorénavant, les filles présentent une expérimentation inférieure à celle des garçons et un tabagisme quotidien moins précoce qu’en 2010.. L’expérimentation de cannabis est restée stable par rapport à 2010. Si elle demeure très rare parmi les plus jeunes (11-13 ans), elle progresse, néanmoins, toujours aussi fortement au fil du collège pour concerner près d’un élève de 3e sur quatre en 2014. Les niveaux d’expérimentation de la chicha révèlent quant à eux une popularité importante de ce mode d’usage. Enfin, l'usage de la e-cigarette se concentre, tout comme en population adulte, principalement chez les fumeurs de cigarettes.
Télécharger (au format pdf: 688 ko) Tendances n°106 sur le site de l'OFDT


Date de modification : 25 septembre 2021